Conjoncture économique et financière numéro 71

Les statistiques publiées cet été font état, dans quasiment toutes les zones économiques, d’une activité meilleure que prévue. Notons toutefois qu’au Royaume-Uni, le ralentissement de l’activité s’est confirmé : les incertitudes autour des modalités du « Brexit » continuent de peser sur la livre sterling, ce qui alimente l’inflation et pèse donc sur la consommation des ménages.

En zone euro et en France, la publication des PIB du 2e trimestre et les indicateurs avancés montrent que, sans choc positif exogène particulier (pas de baisse du prix du pétrole ni d’accommodation des politiques monétaires ou de support inattendu des politiques budgétaires) si ce n’est un effet d’entraînement général, les mécanismes qui sous-tendent la reprise se sont accélérés. En France, le PIB a progressé de 0,5 % T/T au 2e trimestre 2017, portant le glissement annuel à 1,8 % (cf. graphique). L’acquis de croissance est de 1,4 % : un taux de croissance de 1,6 % voire 1,7 % est atteignable pour 2017.

Lire Conjoncture n°71